Bandeau after-01.png
  • Serenity

Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail 2021

Mis à jour : mai 14

Organisée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), elle aura cette année le thème « Anticiper, se préparer et répondre aux crises », Investir Maintenant dans des Systèmes de Sécurité et Santé au Travail (SST) Résilients.


La pandémie de COVID-19 a conduit les gouvernements, les employeurs, les travailleurs et l’ensemble de la population à relever des défis sans précédent liés au virus SARS-CoV-2 et à ses nombreux effets sur le monde du travail. La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail sera axée sur des stratégies de renforcement des systèmes nationaux de sécurité et de santé au travail (SST) visant à accroître la résilience, pour faire face aux crises actuelles et futures, en mettant à profit les leçons tirées et l’expérience acquise dans le monde du travail.


Historique et origines


Célébrée le 28 avril, la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail promeut la prévention des accidents et maladies professionnels dans le monde entier.


il y a chaque année quelque 374 millions d'accidents du travail non mortels

Le 28 avril marque également la Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail, célébrée à l’échelle mondiale depuis 1996.


Depuis 2003, l’OIT commémore la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail le 28 avril en s’appuyant sur ses atouts traditionnels, à savoir le tripartisme - gouvernements, employeurs, travailleurs/travailleuses - et le dialogue social.


Le 28 avril offre donc l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion internationale sur les questions de sécurité et de santé professionnelles parmi les syndicats, les organisations patronales et les représentants du gouvernement. L’OIT reconnaît la responsabilité partagée des principales parties prenantes et elle les encourage à promouvoir une culture préventive de sécurité et de santé afin de s’acquitter de leurs obligations et de leurs responsabilités en matière de prévention des décès, des blessures et des maladies survenant sur le lieu de travail, en permettant à leurs employés de rentrer chez eux en toute sécurité lorsque leur journée de travail s’achève.


De nombreuses personnes meurent des suites d'accidents du travail ou de maladies professionnelles chaque jour pour un total de plus de 2,78 millions de décès par an. En outre, il y a chaque année quelque 374 millions d'accidents du travail non mortels, qui entraînent une absence du travail, selon l'Organisation internationale du Travail (OIT).



La santé mentale en 2021 au coeur des préoccupations


Entre confinement et télétravail, la santé mentale est sur le devant de la scène et les chiffres sont de plus en plus inquiétants. D’après le Baromètre annuel Absentéisme 2020, de Malakoff Humanis avec l’Ifop, le nombre d’arrêts maladie aurait explosé, avec notamment une hausse de +33% pour les arrêts longs (plus de 30 jours) entre janvier et août 2020.


Si la Covid, ou une suspicion de celle-ci, apparaissent à la première place des causes évoquées pour ces arrêts, les RPS se hissent en deuxième position. Ils supplantent ainsi pour la première fois les TMS sur la période, et connaissent une hausse de près de 18% depuis le premier confinement. Sur la base des arrêts de travail, les troubles psychologiques et burn-out représenteraient notamment 14% des arrêts longs, 18% des arrêts moyens et 8% des arrêts courts sur la période étudiée.


86% des salariés attendent de leur entreprise qu’elle intègre durablement la prévention et la santé dans sa stratégie

Ces constats interpellent les dirigeants, dont 30% estiment que les arrêts maladie vont continuer d’augmenter dans les deux prochaines années, évoquant notamment en causes principales une diminution de l’engagement des salariés et une dégradation de leur santé psychologique. Stress, anxiété et dépression sont notamment évoqués dans les manifestations les plus fréquentes de ce mal-être, mais le burn-out et même le bore-out gagnent du terrain dans les entreprises.

L’intensité du travail, l’insécurité de la situation professionnelle et la mauvaise qualité des rapports sociaux - trois grands facteurs de risques psycho-sociaux - se sont dégradés depuis le début de la crise. 86% des salariés attendent de leur entreprise qu’elle intègre durablement la prévention et la santé dans sa stratégie mais seuls 53% pensent qu’elle le fera. Ils sont plus de 85% à souhaiter un renfort de la place de l’humain dans l’entreprise (qualité des conditions de travail et d’emploi, climat social ...),


24% des salariés déclarent avoir déjà pris un arrêt de travail à cause du stress ou de l’anxiété (74% de DP vs 42%) soit environ 5 500 000 salariés. Le soutien perçu est en hausse particulièrement de la part des RH, RP, et médecine du travail.


Les entreprises qui hésitent à investir en santé psychologique vont en payer le prix avec le départ et le désengagement de leurs salariés : pour 42% leur travail leur plaît moins qu’avant, 49% restent dans leur entreprise faute de trouver mieux (60% chez les 100% télétravail), 36% ont perdu la fierté à travailler pour leur entreprise / organisation.


Avez-vous pensé à Serenity pour vos collaborateurs ?


Sources :

https://www.inrs.fr/footer/agenda/journee-mondiale-2021.html

https://www.ilo.org/global/topics/safety-and-health-at-work/events-training/events-meetings/safeday2021/lang--fr/index.htm

https://www.un.org/fr/observances/work-safety-day#:~:text=C%C3%A9l%C3%A9br%C3%A9e%20le%2028%20avril%2C%20la,professionnels%20dans%20le%20monde%20entier

https://newsroom.malakoffhumanis.com/assets/malakoff-humanis-absenteisme-2020-presse-ec91-63a59.html?lang=fr

Serenity PausitiV

Votre article