top of page
Offre partenaire vie perso-01.png

Vous êtes sur le Blog Serenity PausitiV
Bonne lecture ...

  • Photo du rédacteurSerenity

Psychologie : les biais cognitifs

Dernière mise à jour : 7 sept. 2022

Avez-vous déjà eu la sensation de prendre une décision malgré vous, de porter un jugement rapide ou encore de tirer des conclusions sans preuve évidente… ? Et si notre jugement pouvait être faussé sans que nous en soyons vraiment conscients ? Ce phénomène est bien réel et porte le nom de biais cognitif. Pour mieux les (re)connaître et nous permettre d’éviter de se laisser influencer, découvrons les et décryptons quelques exemples.


les biais cognitifs

Qu’est-ce qu’un biais cognitif ?


Les biais cognitifs sont des formes de pensée qui dévient de la pensée logique ou rationnelle. Ils constituent des façons rapides et intuitives de porter des jugements ou de prendre des décisions qui sont moins laborieuses qu'un raisonnement approfondi.


Certains biais s'expliquent par les ressources cognitives limitées (temps, informations, intérêt, capacités cognitives) : lorsque ces ressources sont insuffisantes pour réaliser une analyse complète, des raccourcis cognitifs (surnommés “heuristiques”) permettent de porter un jugement rapide.


D'autres biais viennent de facteurs motivationnels, émotionnels ou moraux. Par exemple, le désir de maintenir une image de soi positive ou d'éviter une dissonance cognitive (avoir en même temps deux pensées incompatibles).


Globalement ces processus de pensée rapides sont souvent utiles mais ils sont aussi à la base de jugements erronés. Les biais cognitifs ne sont généralement pas conscients et peuvent donc être exploités par un tiers (demandez-vous pourquoi la publicité fonctionne aussi bien…).


On peut les classer dans 6 catégories principales :


  • Biais sensori-moteurs

  • Biais attentionnels

  • Biais de mémoire

  • Biais de jugement

  • Biais de raisonnement

  • Biais liés à la personnalité


Parmi plus de 150 biais recensés, découvrons ensemble 5 biais que vous devez absolument connaître !



Le biais de confirmation

biais de confirmation

Le biais de confirmation est le biais cognitif qui consiste à privilégier les informations confirmant ses idées préconçues ou ses hypothèses et à accorder moins d’importance à celles qui les contredisent. Croyez-nous, ce biais est de loin le biais le plus intéressant. A moins que …


Exemple du quotidien: Un ami à qui vous faites confiance vous recommande très fortement un film en vous affirmant que c’est l’un des meilleurs qu’il ait jamais vu et que vous allez surement l’adorer. Avant même de commencer le film, vous aurez une certaine attente. Durant le visionnage, pour confirmer que votre ami avait bien raison, vous accorderez plus d’importance aux qualités du film qu’à ses défauts. A l’inverse, si votre ami vous avait dit que le film était très mauvais, vous auriez effectué le processus inverse.



Le biais du survivant

elon musk biais du survivant

Le biais du survivant est une forme de biais de sélection consistant à surévaluer les chances de succès d'une initiative en concentrant l'attention sur les sujets ayant réussi (les survivants) plutôt que des cas représentatifs.


Exemple du quotidien: Vous regardez une interview d’un entrepreneur à succès qui explique son parcours et comment il a fait pour réussir dans la vie. Cela vous inspire et vous voulez vous lancer pour faire comme lui. Le problème est que vous n’avez pas pris en compte tous les autres entrepreneurs qui se sont lancés et qui ont échoué en utilisant les mêmes méthodes de travail. Malheureusement il est difficile de se renseigner sur les perdants car aucun médias ne parlent d’eux, l’attention est focalisée uniquement sur celles et ceux qui ont réussi.



Le biais rétrospectif

biais rétrospectif

Le biais rétrospectif est le fait de surestimer la probabilité qu’un événement arrive après qu’il se soit déroulé. Vous avez alors l’impression que cet événement était prévisible, voire évident. Pourtant, rien ne suggérait ce scénario. Ce biais s’explique par le fait que notre cerveau a tendance à vouloir tout rationaliser.


Exemple du quotidien: Vous pariez sur la victoire d’une équipe de foot. Mais pas de chance, l’équipe se retrouve à perdre le match. Pour vous rassurer, votre cerveau va vouloir justifier ce scénario pour pouvoir le prédire la prochaine fois et vous allez vous dire “au fond de moi je savais qu’ils allaient perdre, c’était sûr” et vous allez mentionner des éléments qui ont fait que le match a été perdu (“ce joueur n’est plus aussi bon qu’avant”, "l'entraîneur ne prend plus les bonnes décisions” etc), des éléments, peut-être vrai, mais qui ont été mis en lumière après votre pari. Au final, vous allez surestimer le poids de ces informations qui jusque là ne semblaient pas si impactantes.



L’effet Dunning-Kruger

effet dunning kruger

L'effet Dunning-Kruger est un biais de jugement qui correspond à la tendance qu'ont les personnes les moins compétentes dans un domaine à surestimer leurs compétences et, inversement, pour les plus compétentes à sous-estimer leurs compétences.



La raison ? Moins la personne possède de compétences, moins elle est à même de savoir qu’elle est ignorante !


Exemple du quotidien: Vous avez forcément déjà vu sur les réseaux sociaux des personnes parler du covid-19 ou de la vaccination alors qu’ils ne sont pas médecins. Bien qu’elles n’aient presque aucunes connaissances sur le sujet, elles parlent avec assurance de ce qu’il faudrait faire et ne pas faire pour freiner l’épidémie, selon eux. Elles peuvent d’ailleurs s’appuyer sur des informations ou des données mais sans pouvoir les comprendre ou les vérifier.



L’effet de simple exposition

effet de simple exposition

L’effet de simple exposition se caractérise par une augmentation de la probabilité d'avoir un sentiment positif envers quelqu'un ou quelque chose par la simple exposition répétée à cette personne ou cet objet.


Exemple du quotidien: Vous l’aurez compris cet effet est considérablement utilisé en publicité. Le but est que vous soyez exposé à un produit le plus souvent possible. La familiarité avec un logo, un slogan ou une image de marque peut vous conduire, lors d’un achat, à une préférence pour ce produit en particulier plutôt qu’un autre auquel vous n’avez pas été préalablement exposé. Alors quand vous achetez un produit d’une marque, demandez-vous s’il est réellement meilleur qu’un autre.



Maintenant que vous connaissez un peu mieux le fonctionnement de votre cerveau, vous rappelez-vous un moment de votre vie où une de vos décisions a été affectée par l’un de ces biais ?


 

Sources:









bottom of page